Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 14:24

CHACUN PEUT FAIRE UN GESTE POUR PROTÉGER L'EAU

Il est interdit de jeter des produits polluants dans les éviers, les toilettes ou les regards d'évacuation.

En particulier :

  • Les médicaments périmés ou entamés. Des circuits de collecte de médicaments existent (Cyclamed). Renseignez-vous auprès de votre pharmacien.
  • Les restes de désherbants ou d'engrais utilisés pour le jardinage
  • Les produits contre les rongeurs (rats, souris) ou contre les limaces, etc....
  • Les huiles de vidange neuves ou usées (rapporter les bidons non utilisés ou recueillir les huiles usées dans des bidons et les apporter chez le garagiste où un circuit de collecte spécial existe souvent)
  • Les hydrocarbures, essence à détacher, essence de térébenthine, etc.
  • Les fonds de pot de peinture, de produits pour vernir les bois, etc.
  • Les insecticides domestiques et les produits pour protéger les bois des insectes, etc.
  • Laver les voitures dans le jardin car le lavage entraîne des hydrocarbures et des particules polluantes (dues aux gaz d'échappement) qui sont rejetés directement dans la nature. Les garages, les stations-service ou les stations de lavage sont, dans la plupart des cas, reliés aux stations d'épuration des eaux usées. Vérifiez auprès de votre mairie si le lavage dans la rue est autorisé ou non.
  • Jeter dans la cuvette des toilettes les lingettes (même si c'est conseillé par le fabricant !) : leurs fibres peuvent altérer le bon fonctionnement des installations d'assainissement, entraîner le changement fréquent de pièces et donc augmenter le coût de l'assainissement.
  • • Evacuer l'eau de pluie des gouttières de la maison dans les collecteurs d'eau usées si vous êtes raccordé à un réseau séparatif ou si vous avez une installation d'assainissement autonome
  • L'utilisation des broyeurs d'ordures ménagères reliés à la conduite d'évacuation des eaux est également interdite.

Faire le bon geste

• Respecter ces conseils et la réglementation
Utiliser les produits d'entretien ou de jardinage biodégradables ou indiquant qu'ils sont sans nuisance pour l'environnement
Entretenir régulièrement les dispositifs d'assainissement autonome.


Partager cet article

Repost 0
Published by CLCV Bretagne - dans environnement
commenter cet article
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 08:20

 

La CLCV Bretagne participe au collectif « Peuple des dunes en Trégor », contre l’extraction du sable coquillé dans la baie de Lannion.


 

le 13 mai 2012


sur la plage de Tresmeur à Trébeurden

3000 personnes ont dit  NON

 

   macareux.jpg

A l'extraction du sable coquillier en baie de Lannion.

Le collectif "Peuple des dunes en Trégor" (45 associations) organisait le dimanche 13 mai 2012 une grande manifestation sur la plage de Tresmeur, à Trébeurden.

Il s'agissait pour le collectif de s'opposer au projet d'extraction de sable coquillier en baie de Lannion porté par la Compagnie armoricaine de navigation ou CAN (groupe Roullier).

 Qualifié de «rassemblement citoyen», cet événement soutenu par Lannion-Trégor Agglomération et treize communes littorales entendait faire pression sur les services de l'État pour qu'aucun titre minier ne soit délivré à l'exploitant qui fournit, entre autres, de l'amendement à l'agriculture bretonne.

Environ 3.000 personnes ont répondu à l'appel.

Estimant que le gisement de sable coquillier est trop près de la côte (6,7km de Trébeurden), le Peuple des dunes motive sa position par deux impératifs : la préservation de l'environnement et la défense de la pêche et de la plaisance.

La CAN estime que la procédure, parfaitement contrôlée (le commissaire enquêteur n'a pas mis de veto), ne rimera pas avec saccage du milieu naturel. Une réponse contestée par Alain Bidal, président du collectif.

Pour approfondir le sujet, vous trouverez ci-dessous quelques vidéos explacatives :

Allain Bougrain-Dubourg : "Un projet surréaliste"

Nous utiliserons tous les procédés légaux contre le projet

Projet d'extraction de sable : manifestation dimanche

 

 

Pour signer la pétition :

http://lepeupledesdunes.com/spip.php?article8

 

Partager cet article

Repost 0
Published by CLCV Bretagne - dans environnement
commenter cet article
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 13:15

 

Plus de 5 millions de foyers (soit environ 12 millions de français) ne sont pas raccordables au tout à l’égout et sont en conséquence équipés d’un système d’assainissement individuel (fosse septique, fosse toutes eaux, …), plus adapté à l’habitat dispersé. Les Services Publics de l’Assainissement Non Collectif (SPANC) doivent contrôler toutes les installations une première fois d’ici fin 2012, puis selon une périodicité qui ne doit pas excéder dix ans. Le contrôle donne lieu à la perception d’une redevance.


L’enquête nationale 2011 de la CLCV sur les tarifs des SPANC confirme les conclusions de l’an dernier, avec toujours de grandes inégalités pour les usagers :

-        Pour le premier contrôle des installations, les tarifs vont suivant les SPANC de la gratuité à 175 € ;

-        Pour le contrôle périodique, les tarifs vont suivant les SPANC de 53 € à 500 €, soit un rapport de 1 à 10 ! (tarifs calculés sur une période de dix ans).


Cette inégalité des tarifs pratiqués, mais aussi les méthodes de certains SPANC suscitent toujours incompréhension et colère d’un nombre croissant d’usagers sur le terrain. Beaucoup ont rejoint la coordination nationale ANC-CLCV (v. www.spanc.clcv.org) qui vient, à l’occasion de cette enquête publier le « Dossier noir de l’ANC : une plongée en eaux troubles ».  


Si le but des contrôles de lutter contre les pollutions diffuses est légitime, ceux-ci doivent s’effectuer selon des tarifs harmonisés au prix le plus bas pour les usagers. Pour cela, plusieurs leviers d’action sont possibles, et notamment le regroupement de services pour faire des économies d’échelle. Une majorité de SPANC pratiquent des tarifs raisonnables, ce qui prouve bien que c’est possible.

 

Par ailleurs, il est étonnant que la plupart des services enquêtés aient choisi une échéance quadriennale alors que la loi n’exige qu’une périodicité de dix ans ! Dans la très grande majorité des cas, cette périodicité est amplement suffisante.

 

La CLCV rappelle aussi que le montant de la redevance doit correspondre au service rendu, et que les travaux de mise en conformité des installations ne peuvent être exigés qu’en cas de risque avéré pour la santé et l’environnement. Or, là encore des SPANC imposent des dépenses inutiles et coûteuses. Aussi, il convient de généraliser les commissions consultatives pour qu’une concertation approfondie s’instaure dans chaque service.

 

 

 

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by CLCV Bretagne - dans environnement
commenter cet article
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 00:41

 

Vous avez une fosse septique,

Prenez 5 minutes pour nous informer de votre SPANC,

Votre Service Public de l’Assainissement Non Collectif.


Dossier à remplir et à transmettre
 

avant le 23 septembre 2011


par courrier postal
à CLCV 59 boulevard Exelmans, 75016 Paris

en imprimant le document en « pdf » ci-dessous et en le complétant à la main :

http://ddata.over-blog.com/3/00/14/37/2011/grille-enquete-CLCV-ANC-2011-par-CLCV.pdf  

OU

par courriel à cette adresse : s.bernhard@clcv.org

après avoir rempli cet autre document (Word.doc) sur votre ordinateur :

http://ddata.over-blog.com/3/00/14/37/2011/grille-enquete-CLCV-ANC-2011-par-igepac.doc


Remarque
: l’envoi des documents de votre SPANC vous est demandée mais ce n’est pas une stricte obligation pour participer à cette enquête, mais remplissez le document, s’il vous plaît.  

MERCI DE VOTRE PARTICIPATION

POUR MIEUX VOUS INFORMER

Partager cet article

Repost 0
Published by CLCV Bretagne - dans environnement
commenter cet article
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 22:35

 

Algues vertes en Bretagne

La CLCV demande un renforcement du plan d’aide

 

 

Les algues vertes sont un phénomène apparu en Bretagne dans les années 70 qui n’a cessé de prendre de l’ampleur et qui pose aujourd’hui un redoutable problème environnemental et de santé publique.  L’an dernier déjà, la CLCV du Finistère avait déposé plainte aux côtés de nombreux particuliers et associations.

 

Après un long silence d’une trentaine d’années, contraint et forcé par les événements, l’Etat a décidé de réagir sous la forme d’un plan « Algues vertes ». Celui-ci rappelle que le phénomène est dû à la conjonction de trois facteurs - la présente d’azote et de phosphore, la température de l’eau et l’éclairement (eaux peu profondes) et la présence de baies fermées - , et fixe un objectif de réduction des flux de nitrates de 30 à 40 % dans les baies concernées pour parvenir en 2027 à un bon état des eaux littorales. Trois volets d’actions sont  prévus :

 

- l’amélioration des connaissances et de la prévention des risques ;

- des actions de ramassage et de traitement des déchets ;

- des actions préventives.

 

Malgré ce plan, la CLCV Bretagne constate que le problème pose de plus en plus de questions, notamment de sécurité, et se développe en Normandie et en Loire-Atlantique

 

Dans un tel contexte, il nous apparaît dangereux que les pouvoirs publics, en contradiction avec le plan d’action et sans aucune concertation avec les associations de protection de la nature et de défense des consommateurs, puissent envisager d’assouplir les normes de rejets azotés, actuellement fixées en zone vulnérable à un plafond de 170 kg par hectare et par an de surface épandable.

 

Face à cette situation, la CLCV demande aux pouvoirs publics :

 

- qu’en vertu du principe de précaution, les plages sur lesquelles le ramassage des algues n’est pas effectué rapidement soient interdites, comme l’a annoncé la ministre de l’écologie et du développement durable, et que l’information des usagers et vacanciers soit faite de manière très explicite ;


1400623 baie-plan-algues-vertes- que le plan algues vertes soit étendu à toute la Bretagne et pas simplement, comme le prévoit le plan, limité aux huit baies identifiées dans le SDAGE Loire-Bretagne (23 bassins versants et 3500 exploitations agricoles) où le phénomène est désormais chronique ;


- que le financement du plan soit revu à la hausse ;


- que sa mise en œuvre soit fortement accélérée de manière à parvenir à un bon état des eaux littorales, sans algues vertes, bien avant 2027 ;


- que le projet d’assouplissement des normes de rejets soit purement et simplement abandonné ;


- que soient expérimentés de nouveaux critères de répartition des subventions afin d’encourager les productions respectueuses de l’environnement qui ne demandent qu’à se développer, pour peu que les pouvoirs publics en créent les conditions incitatives.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by CLCV Bretagne - dans environnement
commenter cet article
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 14:18

dechetsRéduisons vite nos déchets, ça déborde.  

 

La semaine de réduction des déchets, du 20 au 28 novembre 2010, est pour chacun l'occasion de s'informer puis d'agir concrètement pour réduire la quantité des déchets que nous produisons.

Cette opération, portée en France par l'ADEME, est maintenant européenne.

Elle nous amène à nous pencher sur des enjeux cruciaux :

— Enjeu environnemental

Le gaspillage de matières premières nécessaires à la fabrication et au transport des déchets contribue à l'épuisement des ressources naturelles.

— Enjeu sanitaire

La production et la gestion des déchets soulèvent des problèmes de santé publique.
Leur élimination contribue à la pollution des sols, des eaux et de l'air.
Les déchets ne s'évanouissent pas une fois déposés dans notre poubelle.
En bout de chaine, les polluants se retrouveront inévitablement dans l'eau - rivières, nappes phréatiques, ...- dans le sol ou l'air.

Des grèves dans certaines villes viennent de démontrer à quel point la vie dans la société actuelle dépend du fonctionnement régulier des services d'enlèvement des déchets.

— Enjeu financier

Le traitement des déchets nécessite des installations toujours plus importantes, dont le coût financier est répercuté dans le prix des produits que nous achetons et des impôts et taxes que nous payons.

— Enjeu de cadre de vie.

Les décharges et incinérateurs existants ne suffisent plus et, trouver de nouveaux sites devient mission impossible.

Je jette, mais un centre de traitement prés de chez moi, c'est impensable....

 

Ce que nous consommons, la façon dont nous achetons jouent un rôle primordial sur la quantité de déchets que nous générons.

 

Aujourd'hui, chaque français produit en moyenne un kilo de déchets par jour et par personne : deux fois plus qu'il y a 40 ans. Pourquoi deux fois plus ?

Il est pourtant possible de moins polluer en adoptant quelques principes simples :

·         acheter des produits moins emballés,

·     réutiliser,

·     boire de l’eau du robinet,

·     trier ses déchets ou adopter le compostage.

 

Que cette semaine soit pour chaque consommateur l'occasion de remettre en question certaines habitudes et d'adopter de nouvelles pratiques pour une consommation plus responsable.


Vous pouvez consulter :

- le site : http://reduisonsnosdechets.fr/ 

- le communiqué CLCV

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by CLCV Bretagne - dans environnement
commenter cet article
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 09:42

 

« La concertation entre producteurs et consommateurs

est indispensable »


 « Nous avons accepté de participer à la réflexion de la CECAB sur la question du welfare, et, plus généralement, sur celles liées au développement durable, parce que nous avons une relation de confiance avec certains de ses responsables que nous côtoyons, notamment au Certis, un organisme de certification et de contrôle indépendant. Pour moi, la concertation entre producteurs et consommateurs est indispensable : le consommateur n’est-il pas, en définitive le moteur de l’économie ? Les deux acteurs que nous sommes doivent donc agir ensemble pour que le maximum de gens puisse accéder à des produits vertueux. Dans cet esprit, le rôle de l’association Consommation Logement Cadre de Vie (CLCV) est d’informer les producteurs pour qu’ils comprennent nos besoins et nos attentes ; mais aussi, et parallèlement, d’éduquer les consommateurs qui ne perçoivent pas toujours la réalité des efforts faits par les agriculteurs entrant dans des démarches comme l’agriculture raisonnée, l'agriculture biologique par exemple. Nous sommes aussi sensibles au fait que les outils et producteurs de la CECAB soient concentrés sur notre région : cela contribue à limiter les transports et les émissions de gaz à effet de serre. En outre, je ne suis pas sûr que nous aurions accompagné à ce niveau la démarche d’une entreprise seule : avec la coopérative, nous avons l’impression d’avoir affaire à des gens différents. Ils ont déjà l’habitude de pratiquer l’échange et la concertation ; cela nous semble de bon augure pour ce que nous voulons faire ensemble. Mais nous resterons vigilants et s’il nous semblait que les choses devaient déraper, nous saurions le dire ! »

Christian SAQUET, conseiller national CLCV,président CLCV Bretagne 

couvoir le sayec 106 1024x683

Lors de visites d’élevages des représentants de l’association Consommation Logement Cadre de Vie sont invités à échanger avec les éleveurs sur le welfare et le développement durable.

De gauche à droite:C.SAQUET président CLCV Bretagne, M.PRAT-LE MOAL secrétaire CLCV 22,

Yannick LE QUILLEC directeur des services Avicoles CECAB, Michel POIRATON président CLCV 22

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by CLCV Bretagne - dans environnement
commenter cet article
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 17:03

Pesticides affiche 0

Cliquez sur l'affiche pour voir la vidéo

 Pesticides : attention danger !

Les solutions pour s'en passer."

La France, avec ses 75 000 tonnes de pesticides répandues chaque année, est le premier utilisateur au niveau européen et le second au niveau mondial.

Afin d'informer et de faire réagir les populations, la semaine sans pesticides sera organisée du 20 au 30 mars.

En attendant, les bassins versants du Léguer, de la Lieue de Grève et du Jaudy - Guindy - Bizien en partenariat avec Trégor Vidéo et la CLCV vous présentent , le plateau

"Pesticides : attention danger ! Les solutions pour s'en passer."
,

réalisé le 25 février dernier à la salle des Ursulines à Lannion.

Partager cet article

Repost 0
Published by CLCV Bretagne - dans environnement
commenter cet article
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 03:43


P1060236 TV-TREGOR.COM,
la télé locale du Trégor-Goelo, propose cette semaine un reportage sur une autre méthode d'élévage succeptible de mieux respecter la qualité de l'eau :

Dans le cadre du nouveau programme d’actions des bassins versants de la Lieue de Grève, un groupe d’une trentaine de personnes (élus, agriculteurs et techniciens) se sont rendus pendant deux jours dans l’Est de la France.

L’objectif de ce voyage était d’étudier les systèmes herbagers et de faire le lien avec la qualité de l’eau vis-à-vis des nitrates et de la valorisation du lait.

Au programme : la démarche Vittel, l’INRA de Mirecourt, la filière AOC Comté et des témoignages d’agriculteurs des Vosges et du Doubs.

Partager cet article

Repost 0
Published by CLCV Bretagne - dans environnement
commenter cet article
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 23:36

Nous avons tous besoin de sons pour vivre !

Entendre les sons normaux de la maison, le téléphone, le réveille-matin, écouter de la musique, les appareils électroménagers, le bruit des enfants…Mais dans certaines conditions, le son revêt un caractère désagréable ou indésirable et devient une nuisance :

Le bruit,


Plus d’un français sur deux se déclare gêné par le bruit lorsqu’il est chez lui. Cette situation n’est pas nouvelle. D’ailleurs dès 1992 la « loi bruit » a été mise en application : son objectif est de prendre les mesures préventives et/ou correctives pour éviter toute nuisance sonore. Cette loi vise tous les secteurs d’activités, les transports et les bruits de voisinages…
 

ECHELLE%20BRUIT(2)
pour en savoir plus sur la réglementation et les solutions :
http://www.bruit.fr/
 






Partager cet article

Repost 0
Published by CLCV Bretagne - dans environnement
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de la CLCV de Bretagne
  • Le blog de la CLCV de Bretagne
  • : CLCV BRETAGNE ce sont 20 associations à la disposition des citoyens de cette région.
  • Contact

Accueil

bretagnerose2CLCV BRETAGNE est un maillon du réseau national. C'est 20 associations à la disposition des citoyens de cette région, riche de 3,12 millions d’habitants. Présente sur tous les fronts, tant dans la résolution des litiges concernant le logement, la consommation et le cadre de vie, elle est aussi force de proposition dans de multiples commissions consultatives ou décisionnelles de niveau régional, départemental et local

 

C’est un réseau militant de plus de 3000 adhérents, 15 salariés et 170 bénévoles effectuant annuellement plus de 8000 heures de permanence.

Son territoire de compétence est celui de la Bretagne réparti sur

21 Pays.

 

Cliquez sur la photo pour plus de détails

Recherche

Thèmes